Créer un site internet

Quand le temps s’arrête.

De nos jours tout va vite, pire tout doit aller vite. Pas le temps! Pas le temps! Du lever au coucher, la course. Nous sommes devenus les marathoniens de nos vies. Cherchons nous à ralentir notre horloge biologique en accélérant notre rythme de vie, ou avons nous abdiqué devant ce système éreintant? Les faits sont là! Nous courons tous derrière l’inattrapable.

Alors comme beaucoup je cours. Mais en photo…

En photo aussi j’ai longtemps couru. Appareil moderne, vie moderne, tout est histoire de rythme.

Avec les années mes sorties sont passées de cent cinquante prises à cent, puis à cinquante. Aujourd’hui, hormis sur une séance dédiée animalière ou sport, je sors mon appareil pour un ou deux clichés. Certes la connaissance technique n’est pas la même avec le temps, ce qui permet de se libérer de beaucoup de contrainte, mais ce n’est pas l’unique facteur. Comme chez un amateur de bon vin, l’outrance n’est pas le but, la qualité à toujours prévalu sur la quantité.

Avec un vieux reflex argentique mécanique il n’est plus question de course. Ici pas de rafale illimitée, pas de carte mémoire a capacité gargantuesque, pas d’écran de contrôle pour faire et refaire sa prise de vue. La gestion de la sensibilité se gère à l’achat de son film et il n’y a plus de possibilité de changer les ISO en cours de route. En perdant de la modernité on gagne en créativité. Le temps n’a plus d’importance, l’oeil « vissé » dans le viseur semble avoir le pouvoir de l’arrêter.

Galerie 1 1